Les points-détente myofasciaux : définition et constatations cliniques

 

D'après Travell & Simons, un point-détente (Pd) myofascial est une zone hyperexcitable au sein d'une bande en tension d'un muscle squelettique ; il est localisé dans le tissu musculaire et/ou le fascia qui lui est associé. Le point est douloureux à la pression et peut provoquer la douleur référée et des phénomènes neurovégétatifs caractéristiques. Les Pds myofasciaux sont différents des Pds situés dans d'autres tissus, comme la peau, les ligaments ou le périoste. Nous distinguons les Pds actifs (responsable de la douleur) et latents (cliniquement silencieux mais qui peut provoquer des limitations d'amplitudes et une faiblesse du muscle concerné).

 

Symptômes :

 

1) La douleur myofasciale  des Pds se projette selon des zones de références caractéristiques de chaque muscle. C'est en principe une douleur sourde et persistante, souvent profonde. Elle peut être déclenchée (ou exacerbée) en appuyant avec le doigt sur le Pd. L'intensité de la douleur dépend du degré d'excitabilité du Pd et non de la taille du muscle.

 

2) Les Pds sont activés directement par un effort excessif, le surmenage, un traumatisme direct, ou le froid. Ils se développent souvent dans les muscles soumis à des contractions répétitives excessives ou trop longtemps maintenues (fatigue par surmenage).

 

3) Les Pds sont activés indirectement par d'autres Pds, par des maladies viscérales, par l'arthrite et par des troubles émotionnels. Des Pds se développent volontiers dans un muscle adjacent ou synergique. Celui-ci subit un "spasme protecteur" maintenu afin de réduire la tension sur le premier muscle, hypersensible, affaibli et racourci par des Pds primaires.

 

4) L'excitabilité des Pds myofasciaux varie d'heure en heure et d'un jour à l'autre.

 

5) L'excitabilité d'un Pd peut passer du niveau latent au niveau actif sous l'influence de nombreux facteurs comme le maintien d'une position racourcie du muscle, le refroidissement du muscle ou encore un racourcissement brutal du muscle abritant un Pd latent.

 

6) Les signes et symptômes d'un Pd myofascial survivent longtemps à l'évènement qui les déclenche. En cas de lésion, la plupart des tissus guérissent mais le muscle apprend à éviter la douleur et devient un Pd latent.

 

7) Des phénomènes autres que la douleur sont souvent provoqués par des Pd myofaciaux. On peut distinguer les troubles neurovégétatifs (vasoconstriction, sudation etc.), les troubles de la coordination motrice et autres troubles fonctionnels [Travell J].

 

8) Les Pds myofasciaux sont responsables de raideur et de faiblesse des muscles concernés.

 

 

Constatations cliniques : 

 

1) En présence de Pds actifs, l'étirement passif ou actif augmente ou déclenche la douleur [Macdonald]. 

 

2) Il y a une limitation de l'amplitude d'étirement du muscle.

 

3) La douleur est augmentée  quand le muscle affecté se contracte fortement contre résistance fixe [Macdonald].

 

4) La force maximale du muscle est amoindrie.

 

5) On peut noter des troubes sensitifs (paresthésies et hyperesthésies).

 

6) Un Pd induit parfois des perturbations de fonctions non sensorielles (pâleur pendant la stimulation d'un Pd, hyperémie etc.)

 

7) A la palpation le muscle paraît tendu dans le voisinage imédiat d'un Pd myofascial. Ce sont des bandes de tension selon Travell & Simons.

 

8) Le Pd apparaît comme un point bien précis de sensibilité extrême

 

9) La pression du doigt sur le Pd actif provoque habituellement le "signe du sursaut"  [Koening].

 

10) La palpation transversale du Pd provoque souvent une réaction de secousse musculaire localisée.

 

11) Une pression modérée, maintenue sur un Pd produit ou intensifie la douleur dans la zone de référence de ce Pd.

 

12) La peau peut parfois présenter du dermographisme [Kraft] ou de la panniculose dans la région qui recouvre un Pd actif.

 

ATTENTION : La découverte d'un point de sensibilité localisée est essentielle pour le diagnostic, mais n'est pas spécifique. Les points 6 et 7, la réaction de secousse musculaire localisée et la reproduction de la douleur sont spécifiques. La certitude de diagnostic augemente avec le nombre des autres signes retrouvés.

 

 

 

 

Bibliographie


Janet G. Travell et David G. Simons : Douleurs et troubles fonctionnels myofaciaux, traité des points-détente musculaires. 1993

 

[Travell J, Berry C, Bigelow N : Effects of referred somatic pain on structures in the reference zone. Fed Proc 3:49. 1944].

 

[Macdonald AJR : Abnormally tender muscle regions and associated painful movements. Pain 8:197-205,1980].

 

[Koening WC, Powers JJ, Johnson EW : Does allergyplay a role in fibrositis ? Arch Phys Med Rehab 58:80-83, 1977].

 

[Kraft GH, Johnson EW, LaBan MM: The fibrisitis syndrome. Arch Phys Med Rehab 49:155-162, 1968].

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Mikee (samedi, 26 mai 2012 16:04)

    Super cet article ! Merci
    Quand est-ce que la suite arrive ?